Dr Zab Zaboitzeff raconte
Zaboitzeff raconte...

De 1971 à ...

A l'occasion de l'anniversaire de mes 50 années de musique(s), je vais tout au long de 2022, sur cette page, vous raconter sans filtre, toutes mes expériences musicales, rencontres, anecdotes...

J'ai toujours pensé que si l'on veut aller loin, il faut de temps en temps se retourner pour savoir d'où l'on vient. Bonne année à tous et à bientôt sur cette page.

T. Zaboitzeff le 08/01/2022

EPISODE 1 : 1970 - 1971

A l'occasion de mes 50 années de musique(s) et à la demande de proches et de gens plus éloignés, du public, de fans qui ont accompagné mon, nos parcours, je vais tenter de vous raconter avec simplicité mon histoire...

Les propos qui vont suivre n'engagent que moi et ma mémoire.
Je tenterai d'être le plus précis possible, toutefois si des informations ou des détails s'avéraient inexacts, merci par avance de me le signaler par ce lien
Ci-dessous quelques photos d'époque, j'en attends de plus anciennes. Cette page sera actualisée régulièrement.

Maubeuge et Valenciennes (F), c’est dans ces deux communes du Nord que tout a commencé. Gérard Hourbette était au conservatoire et y étudiait le violon et la percussion et moi en contrat d’apprentissage dans une imprimerie. Dans mes temps libres, je « gratouillais » désespérément la guitare en solitaire et aussi parfois dans d’autres circonstances plus collectives mais pas très intéressantes alors.

J’avais pour habitude d’aller déjeuner à proximité dans un foyer de jeunes travailleurs que Gérard fréquentait également de temps à autre. Je me souviens, quelque temps auparavant y avoir apposé une affichette disant que je cherchais à rencontrer un percussionniste ou d’autres musiciens en général… Notre rencontre s’est donc faite tout naturellement d’abord autour d’un café puis instrument en mains dans les minutes qui suivirent…

Ce fut le déclic, la soudaine envie de faire quelque chose ensemble, nous n’étions pas très fixés du haut de nos 16-17 ans d’alors, mais avions des envies et passions communes. Gérard écoutait plus volontiers les compositeurs classiques et contemporains (Bartok - Xenakis - Ligeti …) et moi le rock expérimental et progressif qui ne s’appelait pas encore comme cela à l’époque (Les tout premiers Pink Floyd - Soft Machine - The Mothers of Invention - King Crimson - Amon Düül II…).
 
Très vite nous nous sommes lancés dans de folles improvisations électro-acoustiques : violon électrifié / guitare douze cordes, le tout passé par la moulinette de chambres d’écho à bandes et reverb à ressort. Plus rien ne nous arrêtait, et il nous a donc fallu, pour aller plus loin, organiser nos premiers concerts (location de salle, billetterie, impression de flyers et d’affiches en sérigraphie faites maison) et y faire venir du public pour assister à nos tonitruantes improvisations… De mémoire, nous avions organisé deux concert à Maubeuge, l’un à la salle Sthrau, le second au foyer de jeunes travailleurs dans lequel Gérard et moi nous nous étions rencontrés la toute première fois (Foyer Sangha).

Dans les semaines qui suivirent notre premier concert, un ami routard et bassiste (Guy Judas) se joignait à notre folle aventure et re les impros ! Avec cette fois une basse : classe ! Sur une idée de Gérard, notre groupe fut baptisé Rêve 1 et le titre de nos futurs concerts serait : « Voyage vers Kadath », titre et nom du groupe inspirés d’un un roman de Howard Phillips Lovecraft.
Dès l’été, nous décidâmes de marquer une pause et de descendre dans le sud de la France chez des amis que j'avais rencontrés lors d'un épique voyage en Corse durant lequel je vivais et dormais à la plage. Je cassai mon contrat avec l’imprimerie et me décidai pour une autre destinée loin de la normalité. J’ignorais tout de la vie, des difficultés que nous rencontrerions par la suite, mais la jeunesse et la curiosité étaient notre force. Pour ce court séjour au sud, nous avions emporté nos instruments, ce qui nous aida quelque peu financièrement car nous jouions ici et là aux terrasses et autres places fréquentées. Très vite, nous nous sommes lassés de cette vie de hippie et décidâmes de rentrer dans le nord et d’envisager plus sérieusement notre devenir en musique et reprîmes à peine rentrés nos tonitruantes improvisations et toujours en trio…



Je ne me souviens plus très précisément pour quelle raison, Gérard dut se rendre dans un magasin de musique à Valenciennes (réparation d’un micro de violon ou autre ?). Dès qu’il rentra dans la boutique, son violon sous le bras, la conversation s‘engagea assez rapidement avec Rocco Fernandez et d’autres musiciens d’Art Zoyd présents ce jour là. Les échanges fusaient et des intentions de collaboration se dessinaient doucement, si bien que Gérard rentra le soir même à Maubeuge en compagnie de Rocco et d’un autre membre du groupe (Serge Armelin ?) dans leur superbe van (Ford Transit) mis à disposition par leur maison de disque d’alors : « Opaline Records - Chant du Monde », suite à l’enregistrement de leur premier 45 tours : « Sangria / Something in Love ». Cela nous avait sacrément impressionnés à l’époque… Puis tout naturellement, après les présentations d'usage et quelques tartines beurrées trempées dans du café (notre unique plat du jour bien souvent), nous nous sommes tous réunis dans la cave des parents de Gérard, là où nous répétions, pour un « bœuf » comme nous n’en avions jamais connu auparavant. Dans mon lointain souvenir, il n’y avait pas assez d’instruments pour jouer vraiment tous ensemble, nous échangions, nous nous testions et le courant passait fort bien… Étaient présents ce soir là, Rocco Fernandez (sosie à s'y méprendre de Frank Zappa), Serge Armelin (?), Guy Judas, Gérard Hourbette et moi-même. Quelques jours après cette soirée magique, nous nous retrouvâmes (Rêve 1 : Gérard Hourbette au violon - Guy Judas à la basse - Thierry Zaboitzeff à la guitare 12 cordes) à Valenciennes pour intégrer le groupe Art Zoyd à l’invitation de Rocco Fernandez. Nous devenions ainsi de vrais « ZOYDIENS ». 

Le groupe deviendra alors Art Zoyd III.

A SUIVRE...

Thierry Zaboitzeff
le 26/01/2022

Art Zöyd
origines

<<  Sur cette photo de gauche à droite : Jean-Paul Dulion : Basse | Jean-François Cantagalli : guitare | Rocco Fernandez : guitare | Claude Ascensio : Batterie.

En 1969, Rocco Fernandez fonde Experimental Music qui deviendra Art Zöyd lors de l'enregistrement de leur 45 tours en 1971. Le groupe prendra ensuite le nom Art Zoyd III lors de l'arrivée de Gérard Hourbette et Thierry Zaboitzeff en 1971-72. Dès 1975 après le départ de Rocco Fernandez, le groupe deviendra Art Zoyd et seule l'association soutenant les projet du groupe conservera le nom Art Zoyd III.

Il y a eu beaucoup d’orthographes fantaisistes autour du nom Art Zoyd, mais voici ce que l’on peut retenir malgré les différentes erreurs constatées au fil du temps.

art-zoyd-sangria-single

Sangria/Something in Love
45 tours Art Zöyd 1971

Séance photo - 1972-73

De gauche à droite : Christian Paul Dubois de la Saussaye - Gérard Hourbette - Michel Canone - Serge Armelin - Rocco Fernandez - Thierry Zaboitzeff

Séance photo - 1972-73

De gauche à droite : Christian Paul Dubois de la Saussaye - Serge Armelin - Thierry Zaboitzeff - Gérard Hourbette
En bas de gauche à droite : Rocco Fernandez - Michel Canone

Concert sur l'Avenue de France à Maubeuge (F) 1973

De Gauche à droite : Rocco Fernandez - Serge Armelin - Gérard Hourbette

Concert au Fort de Leveau Feignies (F)

Backstage

Concert sur l'Avenue de France à Maubeuge (F) 1973

Thierry Zaboitzeff

Art Zoyd : Photo de presse - 1971

De gauche à droite : Thierry Zaboitzeff - Rocco Fernandez - Jean Marc Lomprez - Patrick Zolteck - Gérard Hourbette

EPISODE 2 : 1972 - 1973

Les répétitions allaient bon train et nous étions tous gonflés à bloc.

Rocco était l'unique compositeur du groupe jusqu'en 1975. Il composait avec les musiciens, instruments en main, on essayait tous, échangions parfois nos parties, on adaptait, on recommençait jusqu’à ce que ce soit en phase avec ce qu'il avait imaginé. Je me souviens de nos difficultés rythmiques de jeunes débutants (Gérard et moi...)

Nous répétions à ce moment là rue de l’Intendance à Valenciennes, face à la Maison des Jeunes dans une ancienne bâtisse mise à disposition de nombreux groupes rock très actifs dans le Valenciennois. En déambulant dans les couloirs, on pouvait goûter aux accents, accords et autres larsens des musiciens en action.

Nous passions tout notre temps dans ces caves voûtées que nous avions blanchies et assainies, essayant de trouver une voie musicale, ensemble. Souvent quelques-uns d’entre-nous y mangeaient, y dormaient et la vie matérielle quotidienne se faisait de plus en plus difficile. Le premier à se décourager fut Guy Judas, bassiste de Rêve 1 qui avait migré avec nous vers Art Zoyd. Pour lui, la musique n’était pas compatible avec les contraintes que nous subissions, les compromissions que nous acceptions, comme prendre un crédit pour acheter nos instruments, jouer dans des bals, se mettre dans le système... Il préféra reprendre sa route, la route…

Se posa subitement la question du remplacement du bassiste : dans mon souvenir, elle fut vite résolue. En s’adressant aux autres musiciens, Rocco annonça : « Thierry jouera la basse ! ». J’étais sur le coup très fier et terrifié en même temps…

Bien décidé à relever ce défi en passant de la douze cordes à la basse, je prenais conscience de ma future fonction rythmique dans le groupe avec le batteur. Mis à part Gérard Hourbette et Serge Armelin qui étaient lecteurs, nous étions tous autodidactes et devions redoubler d’efforts pour mémoriser toutes ces parties musicales expérimentées durant toute la journée, afin de pouvoir les reproduire le lendemain. Cet exercice, répété durant de longs mois, eut pour avantage de pouvoir jouer chaque morceau sans notes ou partitions.

Avant notre arrivée dans le groupe, Art Zoyd venait d’enregistrer un 45 tours chez Opaline Records (Le Chant du Monde), suite à une victoire au Tremplin du Golf Drouot, et cela lui assurait une certaine notoriété et des facilités (fournitures d’affiches, mise à disposition d’un mini-bus…). Pour les concerts il en était tout autrement. Venant du milieu des musiciens de bal, Rocco avait de bonnes connexions avec une agence de tournées implantée à Valenciennes et rayonnant ainsi sur toutes les régions situées au nord de Paris. Cette agence nous plaçait assez souvent. Le souci était qu’il fallait jouer dans des bals, ce qui signifiait assurer le bal qui durait cinq heures (ce que personnellement, je n’ai jamais fait car dans ce cas, il y avait un bassiste occasionnel plus rompu à l’exercice) ou être programmé en « attraction » au beau milieu du bal pendant une heure et avoir ainsi la possibilité d’y jouer vraiment notre répertoire, très souvent inadapté à la situation. À cette époque, deux sortes de publics fréquentaient les bals : ceux qui voulaient aller danser et d’autres pour qui, en province, c’était le seul endroit pour entendre du rock sous toutes ses formes. Nous assistions à des scènes cocasses lors de nos prestations entre les pour et les contre et cela tournait parfois à la bagarre dans le public.

Nous cherchions évidemment d’autres réseaux, à en initier également.

Nous fréquentions assidûment la Maison des Jeunes de Valenciennes située juste en face de notre local de répétitions. Dans le même temps, nous apprenions que d’autres établissements culturels (MJC : Maisons des Jeunes et de la Culture) un peu partout en France commençaient à ouvrir leur programmation au groupes de musiques et de rock libres… Là serait notre salut !

Dès 1973, la Maison des Jeunes de Valenciennes programma notre premier concert hors des circuits de bals sur la région ; d’autres concerts indépendants ont suivi assez rapidement dans des salles plus grandes, plus centrales. Nous allions ensuite prendre en main notre management et nous intégrer à ce réseau des MJC initié par nos « cousins » Gong, Magma, Ange…

Mais revenons très légèrement en arrière.

Afin d’être entendus, écoutés lors de nos concerts, il nous a fallu nous équiper sérieusement (sonorisation, amplis, instruments, microphones, table de mixage...). La solution était un emprunt, mais au regard de notre insolvabilité auprès des banques, nous nous sommes vite repliés vers des solutions plus familiales. Les parents de Gérard (adorables personnes) se sont proposés pour nous soutenir dans ce financement en échange du remboursement des mensualités. Lors de nos concerts, chaque somme gagnée était répartie vers le remboursement de cette dette, les frais de route et de carburant, le paiement des affiches, les photocopies de presse etc. Il ne restait rien ou presque pour vivre, se nourrir… Nous ne baissions pas les bras et poursuivions notre prospection dans tous les sens afin de trouver des concerts un peu partout, d’abord dans notre région, puis de fil en aiguille de plus en plus loin, dans toute la France. Nous ne reculions devant rien : concerts dans des campus universitaires, MJC, night-clubs, campings, lycées, animations de places publiques, le tout négocié par téléphone… Une intense expérience dirigée à l’époque par Rocco et partagée par nous tous, membres de Art Zoyd, dans ce bouillonnement des années 70.

Un peu plus tard, courant 1973-1974, de nouveaux musiciens rejoindront le groupe, d’autres partiront, notre réseau grandira à l’image de notre musique et nos désirs artistiques s’aiguiseront au fil de ces années difficiles mais pleines d’espoirs.

À bientôt pour la suite…

Thierry Zaboitzeff, le 4/02/2022

EPISODE 3 : 1973 - 1974

Comme je l’expliquais dans l’épisode précédent, nos décisions de management autonome combiné aux offres de l’agence de booking de Valenciennes commencèrent à porter leurs fruits. De plus, un fan devenu ami et collaborateur, fraîchement débarqué du Grand Ouest, vint nous aider dans cette tâche et nous commençâmes à sillonner toute la France (MJC, théâtres municipaux, bals, galas de soutien…). De Valenciennes à Metz en passant par Reims puis Dijon, Lille, Dunkerque, Amiens, Rouen, le Havre, Paris, Versailles… Puis la Bretagne, etc.

Par l’agence de booking, nous croisions de temps à autre la scène avec Martin Circus, Dynastie Crisis, Zoo, Triangle… Je me souviens vaguement d’une prestation dans le cadre d’un bal, quelque part vers Le Havre. Nous intervenions au milieu de la soirée durant une heure et Triangle devait enchaîner ; je revois encore pendant notre set les membres de Triangle derrière le rideau, complètement médusés par ce que nous osions produire dans ce genre d’endroit. Je crois me rappeler que nous n’étions pas très bons, voire mauvais, fatigués et déguisés comme cela n’était pas possible… Affublés de longues tuniques bariolées et de masques gigantesques pseudo-africains, dans un chaos sonore quasiment improvisé entre Hendrix, Zappa, Sun Ra, Amon Düül… Imaginez un peu cette scène dans un bal !

Nous étions très souvent sur la route dans notre vieux Combi VW avec pour sièges nos enceintes amplifiées « Freevox » et mon ampli « Kustom » rouge joliment matelassé, pour repose-tête les toms de batterie et autres manches de guitares mal rangées. Les voyages étaient organisés à la mesure de notre bourse : pas d’hôtels, pas de restaurants… Nous emportions nourriture et boissons avec nous, ainsi qu’un équipement de camping très sommaire et quelques sacs de couchage au cas où… Les jours « off » entre deux dates, nous dormions sous la tente dans des sous-bois à l’abri des regards (feux de bois, café, tartines…) souvent réveillés par la gendarmerie et un contrôle d’identité en règle, comme cette fois au petit matin où nous dormions à poings fermés sous la tente. Et d’autres dans le bus, quand nous entendîmes des bruits inhabituels autour de notre campement encore un peu éclairé par les braises. Des gendarmes venaient de débarquer et scrutaient avec beaucoup d’intérêt notre installation : en effet, pour les besoins scéniques de nos concerts, nous transportions un mannequin féminin emballé dans une couverture sur le toit de notre bus et visiblement, ces gendarmes avaient beaucoup d’humour et ont commencé à blaguer avec nous au sujet de cette demoiselle sur le toit de notre fourgon. Je crois me souvenir qu’après un contrôle sommaire, nous avons pris le café ensemble autour de de notre feu de camp.

Dans certaines salles de type MJC, très souvent, nous étions payés au pourcentage sur les entrées avec un petit fixe qui couvrait à peine nos frais engagés et comme il n’était pas question de payer en plus des chambres d’hôtel, nous négocions souvent pour dormir à même le sol derrière la scène après le concert. Un projet d’album nous paraissait encore lointain en ces temps-là, tant notre musicalité et nos moyens laissaient à désirer, mais nous gardions la foi, notre cap.

Malgré ce moral d’acier, nous dûmes un jour nous rendre à l’évidence : nous avions de plus en plus de mal à régler nos dettes et à vivre à peu près décemment. Alors nous prîmes le taureau par les cornes pour nous mettre en quête d’une maison dans laquelle nous pourrions vivre ensemble, en communauté, et répéter. Rocco avait joué auparavant avec un bassiste dont l’oncle était fleuriste et qui disposait d’un terrain avec des serres à l’abandon, ainsi qu’une maison au beau milieu de toute cette nature abandonnée. Nous avons pu nous y installer assez vite, moyennant quelques travaux basiques et un gros nettoyage. Chacun pouvait y trouver un minimum d’intimité et de confort et ensemble, nous économisions sur les budgets de nourriture, le loyer, etc.

Il faut savoir que quelques semaines auparavant, ceux (dont je faisais partie) qui n’avaient pas de chambre ou d’appartement dormaient parfois dans le bus garé discrètement sur une place de Valenciennes. Le froid y était si intense que nous installions une tente à l’intérieur (Combi VW et ensuite un D4B Peugeot racheté pour presque rien à une laverie de Valenciennes). Il fallait juste le pousser pour démarrer.

Nous étions une dizaine (musiciens, femmes, enfants). Au retour des concerts, nous remboursions les frais, l’essence, les mensualités de l’emprunt que nous avions contracté pour notre matériel (quand nous le pouvions). Le loyer de cette nouvelle maison fut également pris en charge et au bout du compte, il ne nous restait la plupart du temps que trois ou quatre francs par jour et par personne, d’où l’avantage de la communauté, même si cela n’était pas toujours bien vécu par certains.

Mais point de misérabilisme dans mes propos, je suis très heureux et fier d’avoir traversé cette époque de cette façon. Quelle école !

Dans ces moments difficiles, cette maison communautaire me semblait un havre de paix et de liberté, nous avions enfin un petit endroit à nous. C’est aussi dans cette maison que Rocco a construit sa fameuse guitare à trois manches (électrique bien sûr : 6 cordes, 12 cordes + un petit manche : simulation de 6 barrettes (frets). Des fils électriques dénudés et tressés, façon cordes de guitare tendus sur ce petit manche, entraient en contact avec des points soudés sur une plaque de cuivre lorsque l’on appuyait dans les cases, exactement comme sur une guitare. Ce contact déclenchait la note, le son d’un stylophone (synthé monophonique) fixé à l’arrière de la guitare. Un bricolage pas possible avec un fonctionnement parfois improbable, mais génial en ce temps-là.

Ces deux années furent pleines et intenses, avec des concerts partout en France et de belles expériences. Le groupe connut beaucoup de changements de personnel. La base était devenue solide (Gérard Hourbette - Rocco Fernandez - Thierry Zaboitzeff). Serge Armelin (saxophone ténor) qui avait fait une pause, réintégrait Art Zoyd ; Christian Paul Dubois de la Saussaye nous quittait, Michel Prugnaud le remplaçait à la batterie ; et enfin Joël Caron (saxophone alto) nous rejoignait. La couleur devenait plus jazz. Le nouveau batteur et les souffleurs y étaient pour beaucoup.

Nous étions constamment en recherche du petit détail qui rendrait les concerts plus attractifs et dans cette optique, nous avions un petit moment visuel lors de nos sets : une sorte de pas de deux diabolique entre un personnage masqué, déguisé et un mannequin de vitrine, inanimé… Je n’en garde pas un souvenir extraordinaire, mais l’expérience fut agréable et très intrigante côté public. Le rôle était toujours interprété en alternance par des « roadies » ou accompagnateurs, amis ou chauffeurs qui se sont succédé durant ces deux années.

Bien à vous et à vite pour le prochain épisode !

Thierry Zaboitzeff, le 10/02/2022

EPISODE 4 : 1974 - 1975

Des dates de concerts, jouer à tout prix, partout où cela serait possible, telles étaient nos motivations durant ces trois années (1973 - 1974 - 1975) et au-delà.

Pour vous donner une idée : nous nous sommes produits dans toute la France, entre 1973 et 1976, à Abbeville, Agen, Albi, Amiens, Armentières, Arras, Avesnes-sur-Helpe, Avignon, Alençon, Angers, Bagas, Bar-le-Duc, Beauvais, Berck-sur-Mer, Besançon, Beuvry-la-Forêt, Blois, Bordeaux, Bouchain, Boulogne-sur-Mer, Boussois, Brest, Béthune, Bourg en Bresse, Caen, Calais, Cambrai, Cannes, Carcassonne, Carpentras, Carmaux, Castres, Caudry, Chalon-sur-Saône, Charleville-Mézières, Chartres, Chaumont, Cherbourg, Châlons-en-Champagne, Chauny, Châteauroux, Châtellerault, Cholet, Denain, Dieppe, Dijon, Dôle, Douai, Dunkerque, Épernay, Épinal, Étaples, Fontevraud-L’abbaye, Forbach, Fougère, Fourmies, Fréjus, Gaillac, Gap, Gray, Grande-Synthe, Guingamp, Grenoble, Hazebrouck, Guise, Hénin-Beaumont, Hérouville-Saint-Clair, Hirson, Joué-lès-Tours, La Ciotat, La Courneuve, La Roche-sur-Yon, Langres, Laon, Laval, Lavaur, Le Havre, Le Mans, Lens, Le Portel, Lille, Limoges, Liévin, Le Touquet, Loos-en-Gohelle, Lorient, Lunéville, Lyon, Malo-lès-Bains, Marcq-en-Barœul, Maubeuge, Merlimont, Metz, Millau, Mons-en-Barœul, Mont-de-Marsan, Montauban, Montbéliard, Montbard, Montigny-lès-Metz, Montreuil-sur-Mer, Morlaix, Muret, Mâcon, Nancy, Nantes, Nœux-les-Mines, Nevers, Nice, Niort, Orléans, Oyonnax, Paris, Poitiers, Périgueux, Quimper, Reims, Rennes, Rodez, Roubaix, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Chamond, Saint-Dizier, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Leu, Saint-Malo, Saint-Nazaire, Saint-Pol-sur-Mer, Saint-Priest, Saint-Quentin, Saint-Raphaël, Sarreguemines, Saumur, Sedan, Six-Fours-les-Plages, Soissons, Somain, Solesmes, Strasbourg, Tergnier, Thionville, Toul, Toulouse, Tourcoing, Tours, Trith-Saint-Léger, Valenciennes, Vallauris, Vandœuvre-lès-Nancy, Vannes, Versailles, Vesoul, Villeneuve-d'Ascq, Viry-Châtillon, Vitry-le François, Wattrelos, Wignehies…

Nous sommes venus plusieurs fois dans certaines de ces villes. J’en oublie sûrement et je viendrai compléter et corriger.

Je ne pourrais absolument pas certifier que toutes ces dates ont bien eu lieu, mais en grande majorité, oui ! Tout était négocié par téléphone, souvent en cabine téléphonique. Nous étions munis de sacs en plastique remplis de pièces jaunes, nous squattions les lieux afin de conclure au mieux nos affaires, puis par simple courrier, nous confirmions en expédiant les contrats, affiches, photos… Nous n’avions pas de téléphone sous la main et parfois, notre propriétaire nous annonçait telle ou telle confirmation qu’il avait reçue pour nous. Notre habitation se situait en contrebas de la sienne, à une cinquantaine de mètres, et il n’était pas rare de l’entendre crier : « Téléphone !!! », suite à quoi nous montions jusqu’à son magasin pour conclure une négociation depuis son bureau.

Beaucoup de temps sur les routes donc, dans notre van épuisé aux pneus lisses. Nous empruntions au maximum les itinéraires très secondaires (pas d’autoroutes, ni de routes nationales ou très peu) afin d’éviter les contrôles routiers, ce qui rallongeait parfois considérablement les trajets. C’est ainsi en 1972, que nous nous sommes rendus dans la région de Bordeaux (Bagas) pour participer à un festival où nous n’avons finalement pas joué car l’organisation ne pouvait plus nous payer suite à un déficit global… Nous avons tenté de négocier, sans succès. OK ! Avant de repartir, nous assistâmes à deux magnifiques concerts (Gong et Magma).

Lors d’un autre périple routier, cette fois avec des pneus en bon état, nous nous trouvions sur le périphérique parisien en direction du Nord. Soudain, le bus se mit à tousser, brouter puis stopper sur la bande d’urgence. Rocco, qui avait compris ce qui se passait car il conduisait, me cria : « Thierry, vite !!! Démonte ta corde sol de basse, le câble d’accélération vient de lâcher !!! Un peu étourdi et surpris, car je m’étais assoupi à l’arrière, je finis par m’exécuter et, en quelques minutes, notre Rocco musicien en chef et bricoleur en toute circonstance installa ce nouveau câble (« Rotosound », pour les connaisseurs). Nous pûmes ainsi nous échapper de l’enfer du périphérique et regagner Valenciennes.

En fait, je me rends compte aujourd’hui que chaque déplacement en bus pouvait devenir une aventure hors du commun et nous amener à vivre des choses très éloignées du contexte purement musical. À ce propos, avec tous ces concerts, notre répertoire s’était sacrément amélioré et devenait peu à peu de plus en plus original. Nous commencions lentement à nous éloigner des idiomes de la musique rock, même si l’instrumentarium en était encore proche. Le son se faisait plus tranchant, agressif, les tempi s’accéléraient, le temps semblait venu pour nous de marquer une rupture avec les étiquettes que l’on nous collait souvent à raison, je dois dire (King Crimson, Zappa, Captain Beefheart et autre groupes de rock progressif).

C’est à ce moment-là que nous avons commencé à expérimenter les ruptures rythmiques et cinématographiques, prémices des morceaux qui deviendront par la suite, sous une toute autre forme : « Les fourmis » et « Scènes de carnaval ».

Puis des concerts, encore des concerts, comme ce festival à Lorient où nous partagions l’affiche avec Barricade II devenu une sorte de Big Band complètement barje et joyeux. Leurs balances se résumèrent à un monstrueux hurlement de cuivres ne durant pas plus de 20 secondes. Nous fûmes séduits et entrâmes en contact, si bien qu’après les concerts, nous nous retrouvâmes dans une forêt des environs de Lorient, au cœur d’une scène complètement surréaliste, entourés de nos vans respectifs, un feu de camp entre les deux ainsi qu’une grande table de camping couverte d’une nappe blanche pour sabler le champagne vers cinq heures du matin. Pour forcer l’image, essayez un peu d’imaginer cette quinzaine d’énergumènes, les uns vêtus de noir, les autres en imperméables roses, chaussures jaunes et lunettes noires… Malheureusement, nous n’avions pas d’appareil photo pour immortaliser cette scène se situant entre la fin d’une histoire d’Astérix le Gaulois et le repas en plein air dans le film « Nosferatu » de Werner Herzog (les rats en moins).

En 1974, nous étions invités pour une série de concerts en Avignon, durant le festival OFF. Un artiste musicien local dont j’ai oublié le nom invitait des groupes à se produire chaque soir durant le festival. Les concerts avaient lieu en plein air, dans la cour d’une maison qui nous hébergeait également le temps de notre présence. Dans mes souvenirs, le cadre était assez agréable. La scène était installée au pied de cette habitation bordée d’arbres et chaque soir, la cour s’emplissait d’un public peu habitué aux concerts de rock expérimental… (Nous renouvellerons cette opération un an plus tard, après le départ de Rocco Fernandez, mais avec Frank Cardon au violon). Pour faire venir le public, nous paradions, tractions, déguisés, chaque fin de matinée dans le centre d’Avignon, afin attiser la curiosité d’éventuels visiteurs. Après quoi nous nous rendions à la fin du marché pour récupérer fruits et légumes trop frais pour être vendus, ce qui nous assurait entre autres d’excellentes ratatouilles et compotes de fruits… Pour nous rendre en Avignon, pas d’alternative, ce fut avec notre vieux D4B Peugeot, encore lui ! Il était fatigué, le pauvre… À peine entré en Bourgogne, la boîte de vitesses rendit l’âme, fort heureusement à la campagne, à proximité d’un garage jouxtant un cimetière de voitures. Ce garage nous proposa de remplacer la boîte de vitesses qu’il se procura tout à côté et, si nous le souhaitions, de camper dans son terrain bordé par une jolie rivière, le temps de la réparation.

Les changements de personnel s’accéléraient également : Serge Armelin (sax) partit, puis Joël Caron (sax), Michel Prugnaud (batterie) ensuite, ce dernier étant remplacé par Jean-Jacques Reghem (Mickey). En Janvier 1975, Jean Pierre Soarez (trompette) nous rejoindra suite à une rumeur selon laquelle Gérard Hourbette allait quitter le groupe et que nous cherchions un instrumentiste pour le remplacer. Personnellement, je n’ai jamais eu l’écho de cette rumeur et Jean-Pierre fut de toute façon le bienvenu. Cette couleur violon / trompette si caractéristique d’un Art Zoyd révolu prenait ainsi naissance. Un guitariste, Bernard Boyssens, rejoindra le groupe qu’il quittera en 1975.

Tous nos efforts commençaient à porter leurs fruits, de plus en plus de spectateurs curieux fréquentaient nos concerts. Nous jouerons même au Pop Club de José Arthur (France Inter) qui s’inquiètera en direct pour les poissons de son aquarium après à notre prestation « live ». Puis, à la suite d’un concert en première partie de Catherine Ribeiro + Alpes à Lille (Faches-Thumesnil : La Rotonde), Rocco Fernandez, fatigué et lassé, nous annonça son désir de quitter le groupe ! Il était résolu, souhaitant passer à autre chose et pas forcément dans la musique.

Après quelques jours de réflexion, Gérard Hourbette et moi-même, prenions la décision, avec l’aval de Rocco, de poursuivre avec notre signature artistique le travail mené jusqu’alors. Un nouvel Art Zoyd venait de naître en cette année 1975, composé de Gérard Hourbette (violon, clavier), Jean-Pierre Soarez (trompette), Jean-Jacques Reghem (batterie), Thierry Zaboitzeff (basse, voix). Dans la foulée, le guitariste (alors) Frank Cardon se joindra à nous. Cet Art Zoyd préfigurera la formation de 1976.

À bientôt, pour le prochain épisode, là où tout va s’accélérer sous une forme radicalement différente.

Thierry Zaboitzeff le 20/02/2022

EPISODE 5 : 1975 - 1976

Jusqu’en 1975, Rocco Fernandez était le compositeur du groupe. Gérard et moi avions bien quelques velléités, mais ce n’était pas encore le moment, surtout me concernant… Rocco composait instrument en mains lors de nos répétions et dans ce cadre, chacun pouvait rebondir avec son savoir-faire et sa personnalité. Nous avons conservé cette façon de procéder durant un certain temps après son départ, et notre répertoire et album de 1976 Symphonie pour le jour où brûleront les cités sont nés en partie dans cet esprit, à la différence près que Gérard commençait à nous présenter ses ébauches qui deviendront rapidement : « Brigades spéciales - Masques - Simulacres », compositions qui furent également montées de manière collective. Nous adapterons aussi les compositions de Rocco qui deviendront « Scènes de carnaval » et « Les fourmis », dans des versions plus concentrées, ramassées. Elles seront réorchestrées sans batterie quelques mois plus tard. Comme je l’écrivais dans l’épisode précédent, Franck Cardon (guitare, violoncelle, violon) venait de nous rejoindre. Nous ferons encore de nombreux concerts dans cette formation, jusqu’au départ de Jean-Jacques Reghem qui fut notre dernier batteur.

Nous souhaitions profiter de l’occasion pour tenter d’aborder la composition sous un angle différent, car nous étions souvent très irrités de devoir sans cesse nous mouvoir musicalement entre les pulsations régulières et systématiques de la batterie et des percussions. C’est de cette réflexion et envie qu’est né un Art Zoyd sans batterie. Par conséquent, selon notre esthétique de l’époque, nous pouvions attribuer des rôles très différents à notre instrumentarium (deux violons, une trompette et une basse électrique) : tantôt les uns étaient percussions, les autres harmoniques, et nous changions ainsi les rôles au gré de nos envies d’arrangements dans nos compositions. Nos sons sortaient ainsi peu à peu du cadre traditionnel d’un groupe de « jazz-rock », évoquant des atmosphères plus théâtrales, cinématographiques et flirtant volontiers avec les couleurs de la musique classique du XXème siècle. Cette démarche hors du commun nous conduisit à des rencontres inattendues. En effet, Cyril Robichez (metteur en scène, comédien et directeur du Théâtre Populaire des Flandres) nous invita à composer et enregistrer la musique d’une de ses productions : Meurtre dans la cathédrale de T. S. Eliot, qui fut représentée à Lille au Palais Rihour en octobre 1976. C’est Gérard Hourbette qui en signa la composition, interprétée par Art Zoyd. Tout commençait à bouger fébrilement. Dans le même temps, par l’intermédiaire de Philippe Asselin qui était employé alors par le TPF, nous fîmes la connaissance de Jean René Pouilly (Variétés Contemporaines) qui initiera un projet de tournée sous chapiteau dans tout le Nord-Pas-de-Calais : « Le TPF Circus », piloté par le Théâtre Populaire des Flandres. Le chapiteau s’installait durant toute une semaine dans une commune avec au programme : L’Orchestre National de Lille, Le Cirque Imaginaire de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin, un concert de jazz, Art Zoyd. Par la suite, Jean René Pouilly sera notre agent. En collaboration avec Michel Besset et Georges Leton (manager de Magma), il finalisera notre participation aux concerts du Théâtre de la Renaissance à Paris, et organisera plus tard l’un de nos derniers concerts avec Magma à l’Hippodrome de Douai le 16 novembre 1976.

Mais revenons quelques mois auparavant, durant l’hiver 1975… Nous reçûmes la visite de Michel Besset et de son épouse Rosine qui, sur les conseils d’Erik Fabre-Maigné, grand admirateur toulousain d’Art Zoyd, débarquèrent dans notre maison communautaire depuis leur Sud-Ouest natal. J’étais seul avec mes chiens ce jour-là, la maison n’était pas chauffée, les autres musiciens étant rentrés dans leur famille. Michel et Rosine se rendaient à Londres chez des membres du groupe Henry Cow dont ils avaient organisé un concert l’automne précédent. Je leur proposai de rencontrer Gérard qui vivait à 40 kilomètres de là (Maubeuge). Il était marié et ne vivait plus dans notre maison de Valenciennes. Nous passâmes un petit moment chez lui, puis nous reprîmes la route, mais c’était sans compter avec les pluies verglaçantes si typiques du Nord de la France en hiver. Nous dûmes stopper à la sortie de Maubeuge pour nous réfugier dans un bar pendant une grande partie de la matinée et nous en profitâmes pour goûter joyeusement les bières de Noël…

Depuis 1972, je crois, Michel Besset organisait déjà des concerts dans sa région de Carmaux, Albi… (Léo Ferré, Magma, Gong…), d’abord en partenariat avec Michel Grèzes « Tartempion », puis avec sa propre association « Transparence » qui nous invitera à jouer en juin 1975 à Carmaux. Il nous mettra également en contact avec d’autres organisateurs du Sud-Ouest : Castres, Albi, Montauban, Gaillac, Muret… Michel managera également quelques concerts en Espagne, il nous y accompagnera et vivra en direct avec nous ces tournées galères avec enfant malade, vol de valises, effraction du bus, et autres organisations compliquées du fait des dialyses de Gérard qui souffrait d’une insuffisance rénale. Pour ces concerts notre line-up fut augmenté par la présence de Michel Berckmans le bassoniste d’Univers Zéro dont nous venions de faire la connaissance. Michel Besset mettra aussi toute son énergie pour que nous puissions jouer en première partie de Magma à la Halle aux Grains de Toulouse, où Art Zoyd a littéralement « cassé la baraque » à Magma devant 2.500 personnes.

Très vite, nous nous lierons d’amitié avec Michel Besset et cette complicité l’amènera à devenir le producteur de notre premier opus Symphonie pour le jour où brûleront les cités, puis de nos tournées. À l’occasion de l’enregistrement de cet album, il créera l’association Art Zoyd III et empruntera aux Houillères la somme de 10.000 francs afin de mener à bien notre projet. Ce disque sera enregistré du 30 août au 9 septembre 1976, au Studio Tangara de Toulouse par François Artige et Jean Pierre Grasset, dans une situation technique et économique particulière. Point de re-recording ni de prises individuelles, les morceaux étaient divisés en séquences logiques les plus courtes possibles et nous les enregistrions tous ensemble. À la moindre erreur ou mauvaise interprétation, nous recommencions jusqu’à la prise parfaite. Le tout était assemblé, collé au final. Un stress énorme associé à un mix de cigarettes, cafés, bières… Cigarettes, cafés, bières… Cigarettes, cafés, bières… Cigarettes, cafés, bières… Engueulades… Crises de fou-rire…

Environ une vingtaine de dates suivront en première partie de Magma dont onze concerts au Théâtre de la Renaissance à Paris (du 23 octobre au 2 novembre 1976) où le public se précipitait durant l’entracte pour acheter notre album fraîchement réalisé. Les meilleurs soirs, nous vendions allègrement 40 copies de ce vinyle devenu culte. Mais avant cette tournée et l’enregistrement de l’album, Franck Cardon quittera le groupe et sera remplacé par Alain Eckert à la guitare et qui, très rapidement, se mettra également au violon.

Comme vous l’aurez compris, la rencontre avec Michel Besset fut très importante et décisive pour Art Zoyd et la suite de son parcours. Michel dira de nous : « Art Zoyd m’a construit sur le plan musical, humain, celui de la vie en tournée, du collectif. Celui dans lequel il faut tout donner et tout partager. Il s’agit du groupe que j’ai le plus aimé et qui m’a le plus appris ».

Note : Art Zoyd de 1975 à 1976 après le départ de Rocco Fernandez :
- Gérard Hourbette : violon, alto ;
- Franck Cardon : guitare, violoncelle, violon ;
- Jean Jacques Reghem : batterie (il quittera le groupe courant 1975) ;
- Jean Pierre Soarez : trompette ;
- Thierry Zaboitzeff : basse, voix ;
- Alain Eckert : guitare (il rentrera dans le groupe peu avant l’enregistrement de l’album Symphonie pour le jour où brûleront les cités et la tournée avec Magma.

Mais il y aura encore très vite quelques rebondissements !
À bientôt pour la suite…

Thierry Zaboitzeff le 07/03/2022

Pique-nique

Pique-nique

Concert en MJC (?)

Thierry Zaboitzeff - Art Zoyd - Théâtre municipal d'Albi - 1976

Gérard Hourbette - Art Zoyd - Théâtre municipal d'Albi - 1976

Art Zoyd - T.P.F Circus

Michel Besset

Art Zoyd - Magma
Carmaux 16 octobre 1976

Bébert (Goélette Renault) Notre moyen de transport en 75-76, capable d'un
Paris -Toulouse dans la nuit !

De Gauche à droite : Franck Cardon - Thierry Zaboitzeff - Jean Pierre Soarez et tout à droite : Gérard Hourbette (Toulouse 1976)

Art Zoyd - première partie de Magma - 1976

Art Zoyd - Photo de presse - 1976

Art Zoyd : Photo de presse 2 - 1976

De gauche à droite : Thierry Zaboitzeff - Alain Eckert - Gérard Hourbette - Jean Pierre Soarez

Symphonie pour le jour où brûleront les cités. Premier LP d'Art Zoyd.

Affiche - Magma - Art Zoyd - Théâtre de la Renaissance - Paris - 1976

Jean-Pierre Soarez - Gérard Hourbette - Thierry Zaboitzeff - Alain Eckert - 1976

EPISODE 6 : 1977 - 1978

Après les concerts avec Magma et nos différentes tournées dans le Sud-Ouest, le rythme ralentit et les concerts furent moins fréquents. Alain Eckert, le guitariste de « Symphonie… » partit du groupe une première fois et Franck Cardon (violon) revint parmi nous.

Nous fîmes quelques rencontres très intéressantes, notamment lors d’un après-concert. Chez les organisateurs, je découvris en effet une des rares copies d’alors de l’album 1313 d’Univers Zero. Ce fut un choc, une magnifique surprise que ce groupe de « Rock de Chambre », si proche de nous et en même temps si loin. J’étais, nous étions ravis et intrigués. De plus, apprendre que nous étions voisins (nous, de Maubeuge, ville frontalière de la Belgique et eux de Nivelles en Belgique, à quelques kilomètres de la France) ajoutait au plaisir d’une telle découverte. Quelques semaines plus tard, je rencontrai Daniel Denis lors d’un concert de Henry Cow à Hénin-Beaumont. Puis un peu plus tard, Univers Zero nous rendit visite à Valenciennes et ce fut là notre premier véritable contact. Nous échangeâmes sur nos méthodes de travail et nos influences. En découlèrent tout naturellement une amitié et un respect mutuel. Le bassoniste d’Univers Zero, Michel Berckmans, fit avec nous un certain nombre de dates, car suite à un accident grave de voiture lui ayant endommagé les lèvres, Jean-Pierre Soarez ne pouvait plus assurer seul pendant un certain temps toutes ses magnifiques et intenses parties et envolées de trompette durant les deux heures d’un concert. Et c’est tout naturellement que, sur notre invitation, Michel Berckmans rejoignit quelque temps l’aventure Art Zoyd au basson et au cor anglais. Nous remaniâmes les orchestrations en conséquence et dans la foulée, Michel Thomas (saxophones) intégra également le groupe. Dans le même temps, Daniel Denis et Roger Trigaux me demandèrent de remplacer leur bassiste d’alors, qui était sur le départ : j’acceptai cette proposition avec un immense plaisir, à la seule condition de rester complètement disponible pour Art Zoyd. Je ne fis donc que trois dates avec Univers Zero en 1978 : Nancy, Nottingham, et Londres pour le premier RIO, avant que Guy Segers ne prenne le relais. Durant ces trois concerts, nous nous étions déjà partagé le répertoire, essentiellement centré sur l’album 1313.

De retour de chez Dr. Petiot, Carabosse et Compagnie, un grand chantier nous attendait : « Musique pour l’Odyssée ». Dans la foulée de Symphonie pour le jour où brûleront les cités, nous avions déjà posé et expérimenté quelques idées et il nous fallait alors passer au gros œuvre, si je puis dire ! À cette occasion et pour la première fois, je signai une composition « Bruit silence, bruit repos ». Tout un programme ! Une pièce composée à l’aide de griffonnages, schémas, croquis, rythmes, mélodies répétés et fixés solidement dans ma mémoire, afin de transmettre oralement, mais avec précision, cette musique à mes compagnons musiciens qui, à l’époque, ont dû redoubler d’efforts pour comprendre ce que je leur demandais. Je les en remercie encore vivement aujourd’hui.

Nous allions subitement migrer vers des musiques moins hachées, moins séquencées, avec des sonorités plus longues et je pressentais déjà que mes pizzicati de basse n’allaient pas faire l’affaire. Je décidai donc innocemment et sauvagement de me mettre au violoncelle. Et pour dire les choses franchement, au bout de quelques semaines, je me mis à douter de la faisabilité d’une chose que j’abordais complètement en autodidacte. Je me revois le coude sur une table durant des heures, m’exerçant ainsi à guider mon archet uniquement au poignet, tâchant de sortir les sons les plus élégants et rythmiquement affranchis. C’était à en pleurer, parfois. Mais la volonté et la persévérance finirent par payer et au bout de quelques mois, avec les encouragements et les aides précieuses de Gérard et Franck, les archets du groupe, je fus en mesure de jouer du violoncelle, dans mes compositions mais aussi dans les orchestrations que me proposait Gérard pour sa pièce « Musique pour l’Odyssée ». Tout un monde de sonorités nouvelles s’ouvrait ainsi à moi. Notre album Musique pour l’Odyssée se prépara et se rôda en concert en 1977-1978 et fut enfin enregistré pour Atem Records en janvier 1979. Daniel Denis (Univers Zero) y joua de discrètes percussions. Nous venions de rencontrer Gérard N’Guyen, qui avait créé le magazine Atem consacré aux musiques « nouvelles ». Atem deviendra également un label avec lequel nous produirons trois albums : Musique pour l’Odyssée, Génération sans futur, ainsi que le réenregistrement de Symphonie pour le jour où brûleront les cités.

À la suite d’Univers Zero, nous intégrâmes le mouvement « Rock in Opposition » initié par Chris Cutler et les membres du groupe Henry Cow. Nous jouerons ainsi jusqu’en 1979-1980 dans quelques festivals labellisés RIO : Milan, Stockholm, Reims, Maubeuge, Ljubljana… À suivre dans le prochain épisode.

Art Zoyd et Univers Zero se sont parfois réunis sur scène, ce que nous appelions les concerts de réunion, sorte de Big Band de l’apocalypse (hi hi !). Pour l’occasion, nous avions réorchestré nos pièces maîtresses de l’époque (UZ et AZ) et les jouions ainsi en formule augmentée. Ces évènements étaient rares et difficiles à monter pour des raisons financières et de disponibilités. Michel Besset en organisa quelques-uns dans le Sud-Ouest, dont un à Toulouse le 12 mai 1978 au Théâtre du Taur. Nous fûmes également programmés, pour l’une des dernières fois dans cette formule, en octobre 1980 au festival Nancy Jazz Pulsations. Je crois me souvenir que les jazzmen purs et durs avaient passé un moment désagréable.

Le prochain épisode évoquera les années 1979-1980. À suivre.

Thierry Zaboitzeff, le 29/03/2022

EPISODE 7 : 1979 - 1981

Beaucoup d’allées et venues durant ces années, à s’y perdre !

1979 verra l’arrivée d’une demoiselle dans Art Zoyd, en la personne de Patricia Dallio, formidable pianiste, compagne et collègue en musique d’Alain Eckert, notre guitariste d’alors. Patricia avait quatorze ans lorsqu’elle nous a vus pour la toute première fois à Chaumont, sa ville natale (Art Zoyd - époque Rocco Fernandez) et ce n’est que quelques années plus tard qu’elle nous reverra au Théâtre de la Renaissance à Paris. Puis de retour d’un séjour en Grande Bretagne où elle avait accompagné Alain Eckert qui travaillait sur un projet avec Pip Pyle, Phil Milller et John Greaves, si mon souvenir est exact, Patricia et Alain sont venus nous rendre visite quelque part dans le Nord de la France où nous donnions un concert. Au cours de cette visite, lors d’une soirée chez Gérard, Patricia interpréta pour lui la Sonatine de Ravel. Il n’en fallut pas plus… Et de sympathie en affinités, nous commençâmes rapidement ensemble à construire notre nouveau répertoire autour des compositions qui constitueraient notre album suivant, « Génération sans futur », puis à réarranger l’ancienne « Symphonie pour le jour où brûleront les cités », que nous réenregistrerons en 1980 et qui sortira en 1981 pour Atem Records avec ce nouveau line up. En effet, le master original avait été perdu et de plus, nous étions insatisfaits du son très sec et quasi monophonique de la toute première version.

Patricia Dallio : piano ; Alain Eckert : guitare ; Gilles Renard : saxes ; Franck Cardon : violon ; Gérard Hourbette : violon, alto ; Jean-Pierre Soarez : trompette ; Thierry Zaboitzeff : basse,
voix ; Eric Faes : enregistrement et mixage.

Notre premier concert dans cette formation eut lieu en plein air, quelque part dans la Somme sur la propriété d’un château dont j’ai oublié le nom… Nous jouions au même programme que le groupe Odeurs. Avec cette nouvelle formule, nous trouvions là, grâce au piano, une façon plus assise, précise, directe, efficace d’interpréter nos rythmiques, parfois bien au fond du temps, loin des interprétations classiques figées. Tel fut mon sentiment, partagé également par les autres membres du groupe durant cette période.

Ce passage vers les années 80 s’annonça difficile, car nous eûmes beaucoup moins de dates de concerts qu’auparavant, bien que certaines furent plus prestigieuses, comme notre participation aux différents festivals RIO (Rock In Opposition) : à Milan en mai 1979, Stockholm en septembre 1979, Reims en avril 1980, Ljubljana en juin 1980, Maubeuge en novembre 1980.

Nous avions d’énormes difficultés à nous tenir la tête hors de l’eau financièrement, car en ces temps-là, sans réel soutien financier des institutions, mis à part le prêt d’un local de répétition par la mairie de Maubeuge qui nous aidera de manière plus conséquente dans les années suivantes, nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes. Malgré cette lourdeur, nous étions une bande de joyeux personnages, pas en reste dans l’humour, les blagues, les calembours qui fusaient à longueur de temps lors de nos déplacements en bus. Les maîtres de cérémonie dans ce domaine étaient généralement Alain et Gérard, suivis de très près par Patricia, encouragés par nos crises de fous rires… Le temps passait ainsi beaucoup plus vite, lors d’un Maubeuge-Stockholm en Tube Citroën trois vitesses lancé à plein régime sur le réseau routier européen d’alors…

Années étranges aussi car la composition du groupe changeait souvent. Patricia et Alain travaillaient en duo, puis avec d’autres artistes tels que Jacques Thollot et ne pouvaient pas forcément être là à plein temps, ceci expliquant leurs allers-retours.

Musicalement, comme pour chaque album ou projet, nous cherchions de nouvelles voies, la formation de cette époque et nos conditions d’existence n’ont pas totalement permis cela selon moi. Je trouvais personnellement le répertoire de ces années trop dilué, pas assez radical malgré les deux pièces maîtresses « Génération sans futur » et « La Ville ». Mais patience, le temps et notre persévérance feront leur œuvre.

Au fil des mois, nos situations financières personnelles respectives devinrent absolument catastrophiques et cette belle utopie de vivre uniquement de la musique s’évapora presque instantanément. La plupart d’entre nous durent chercher un travail rémunérateur au moins pour quelques mois. Le groupe vivait au ralenti, mais continuait d’exister et de se réunir pour les quelques répétitions et concerts prévus de longue date ou ceux qui tombaient un peu par chance. Gérard faisait des livraisons pour son père, Jean-Pierre travaillait sur les chantiers et de mon côté, par relation familiale, je réussis très rapidement à trouver un emploi qui consistait à passer huit heures par jour au fond d’une péniche à rabattre du sable vers le centre de la coque afin qu’une pelle mécanique se charge de l’évacuer sur le quai. Je pense avoir tenu le choc durant trois mois avec des horaires de travail en 3 X 8. J’employais chaque jour de repos à dormir puis à essayer de maintenir mon niveau de technique sur les instruments. J’avais tellement de douleurs dans les bras que je désespérais, ce fut un moment très très dur dans ma vie que ma compagne d’alors Carole, qui deviendra mon épouse de 1984 à 1997, m’a aidé à traverser, notamment dès qu’elle obtint son poste de professeur de dessin dans un lycée. J’ai quitté cet enfer et nos situations se sont quelque peu améliorées.

En 1979 - 80, Jean-Luc Aimé (violon), originaire de l’ouest de la France rejoindra le groupe. Nous ferons ensemble quelques concerts : Lyon, Arènes de Fourvière à l’invitation du groupe Vortex, puis à Brest où nous tomberons de nouveau en panne avec notre van, nous forçant ainsi à quelques jours de vacances en camping au Conquet, commune de l’extrême Ouest. Tout un programme de jolis moments et de galères. Puis Jean-Luc quittera Art Zoyd pour Univers Zero.

En juin 1980, nous rendant à Ljubljana via Trieste, nous fûmes bloqués à la frontière Yougoslave car les employés des douanes stoppaient le travail du vendredi soir au lundi matin et ne pouvaient donc pas nous remettre le fameux sésame (un tampon sur notre carnet ATA) pour passer la frontière avec notre équipement. Épuisés déjà par tous ces kilomètres parcourus, nous nous étions résolus à passer tout le week-end sur cet immense parking routier entre l’Italie et la Slovénie, car nous ne pouvions même pas retourner en Italie… Soudain, comme dans une hallucination, un mirage, nous aperçûmes un luxueux bus de tourisme avec chauffeur se garant pour le contrôle. À l’intérieur du véhicule, un enchevêtrement de jeunes gens vêtus de noir, de flight-cases et d’instruments rangés à la va-vite et en y regardant de plus près, nous vîmes qu’il s’agissait bien d’Univers Zero se rendant dans le même festival que nous. Eux étaient tombés en panne à Venise et avaient été contraints de louer un véhicule de remplacement quelque peu surdimensionné. Quelle aubaine (pour Art Zoyd) ! Nous pûmes échapper à cette attente forcée et rejoindre ainsi Ljubljana avec Univers Zero, dont les papiers douaniers étaient en règle. Nous revînmes le lundi matin à ce poste de douane pour les formalités, puis retournâmes à Ljubljana pour un concert magnifique en plein air dans une sorte de très grand « biergarten »…

Plus tard en 1981, nous ferons notre première tournée en D.D.R. grâce à Nick Hobs qui manageait alors Henry Cow (Rock In Opposition). Il nous mit en relation avec la Künstler-Agentur der DDR qui en supervisa les dates (Le concert de Berlin-Est fut organisé, enregistré et diffusé par la radio nationale…).

Rappel des événements importants sur la période 1979-1981 :

1979
- Festival des Musiques Nouvelles - La Gaité Montparnasse – Paris 
- Festival Rock In Opposition - Milano (I) 
- Festival Rock In Opposition - Uppsala (S)


1980-81
- Nancy Jazz Pulsation (F) 1980 - Art Zoyd et Univers Zero - concert de réunion 
- Festival Rock In Opposition - Maubeuge (F) 
- Festival Rock In Opposition - Reims (F) 
- Festival Rock In opposition - Ljubljana (SI) 
- Sortie de l’album Art Zoyd « Génération sans futur » 
- Vidéo de 13 minutes produite et diffusée par FR3 
- Tournée en RDA 
- Concert au King’s College - London (GB) 
- Réenregistrement de « Symphonie pour le jour où brûleront les cités »

Les musiciens ayant participé à l’aventure Art Zoyd durant ces trois années :

Patricia Dallio : piano | Alain Eckert : guitare, violon | Gilles Renard : saxophone | Gérard Hourbette : violon | Jean-Luc Aimé : violon | Paul de Prekel : violon | Franck Cardon : violon | William Schotte : violoncelle, contrebasse | Michel Thomas : saxophone | Jean-Pierre Soarez : trompette | Thierry Zaboitzeff : basse, violoncelle, chant.

A bientôt pour la suite de cette aventure hors du commun.

Thierry Zaboitzeff le, 26/04/2022

N.b. : Ce récit dépend bien évidemment de ma mémoire, de faits et de certains documents datés, si vous avez bien connu cette époque et que vous constatez quelque erreur ou omission,
contactez-moi ici.


Crédits photos pour cette page : Editta Braun | La Voix du Nord | Michel Laloux | Nord Matin | Jean Michel Monchecourt | Alessandro Achilli /Anonymes

SHARE  |  PARTAGEZ